Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Nous avons souvent la sensation de voir sa vie défiler à toute vitesse.

Avez-vous l’impression de vraiment profiter de votre vie ? aimez-vous votre vie ? prenez-vous du temps pour vous ?

Voilà les questions fondamentales — selon moi — à se poser à un moment donné de sa vie.

Prendre du temps pour se les poser, prendre conscience de ce que l’on veut faire de sa vie et tout tenter pour y parvenir est la base du mouvement « Slow Life » afin d’avoir une vie harmonieuse et en adéquation avec le bonheur tant recherché.

L’ESPRIT SLOW LIFE, C’EST QUOI ?

Le mot slow en anglais veut dire « ralentir » et life « la vie ». Le mouvement slow life veut donc dire qu’il faut ralentir le rythme de sa vie.

C’est un mode de vie sain dont l’approche est fondée sur le moment présent, donnant du sens à nos actes, nos activités, et dans lequel l’on refuse tout superflu au profit de l’essentiel et de l’authentique.

Vous connaissez ce concept ? l’avez-vous déjà testé ?

Une réflexion et une mise en pratique à mettre en place au fil des jours, voir des semaines, car on ne change pas son mode de vie du jour au lendemain.

Ce mouvement est issu d’une philosophie de vie revendiquée par le journaliste sociologue Carlo Pétrini, en Italie. Tout est parti de la campagne contre l’ouverture d’un restaurant McDonald près de la place d’Espagne à Rome, en 1986. Refusant la mauvaise alimentation en général, il créa ainsi le mouvement « slow food » qui privilégie la cuisine traditionnelle et régionale par le biais d’une agriculture locale et respectueuse des écosystèmes. De ce concept de « slow food » va naître toute une déclinaison de « slow concept » dont la « slow life » fait partie.

MON TÉMOIGNAGE, POURQUOI J’AI DÉCIDÉ DE CHANGER DE VIE ?

Après des années à gérer mon centre de relaxation et de bien-être, j’ai accumulé beaucoup de stress, des années de travail dépassant largement les 70 h de boulot par semaine travaillant 7 j/7, ne prenant pas de vacances, gérant plusieurs personnes pas toujours très sympathiques malgré le milieu du « bien-être et de la zénitude », puis la mort de mon meilleur ami et de ma grand-mère à quelques semaines d’intervalles… je suis tombée malade, m’empêchant de sortir de chez moi pendant près de deux années. Je suis passé par une dépression au point de vouloir en finir, heureusement j’ai la chance d’avoir un mari extraordinaire qui m’a permis de trouver une motivation dans la vie, et j’ai ainsi créé un petit refuge pour animaux âgés ou handicapés qui ne trouvaient pas de familles via d’autres refuges comme la SPA, nous les avons accueillis pour tenter de les placer dans des familles accueillantes. Malheureusement l’association après trois années d’existences a dû être fermée, cependant nous avons gardé tous les pensionnaires, mais nous ne pouvions plus en adopter d’autres. Cependant cela m’a permis d’aller bien mieux, car j’occupais mes pensées par d’autres occupations que la douleur. Cela m’a également permis de prendre du temps pour moi et pour ce que j’aime faire : yoga, méditation, les randonnées avec les toutous, lire, écrire, peindre, faire de la photographie, penser à ce que je voulais vraiment dans la vie. C’est ainsi que je me suis rendue compte que le plus important n’était pas l’argent que l’on doit gagner ni le fait de devoir avoir un travail pour avoir une retraite, mais faire quelque chose que l’on aime afin de se coucher avec le plaisir d’être bientôt au lendemain pour commencer une nouvelle journée.

J’ai donc commencé à réfléchir à ce que je voulais faire : écrire et faire de la photographie. Ensuite j’ai réfléchi à tous les postes où nous pouvons faire des économies pour pallier au manque d’argent, car on le sait tous, on gagne très très peu en étant écrivain ou photographe (à moins d’avoir énormément de chance ce qui n’a jamais été vraiment mon cas ;-). Alors certes, je n’ai plus le même train de vie que celui que j’avais avant, mais être matérialiste ne m’a jamais rendu heureuse sur le long terme. Avais-je vraiment besoin de tous ces objets ? Non, la plupart ne servent à rien, et prennent de la place dans toute la maison, le grenier, la cave… il était donc temps de tout vendre lors de marchés aux puces ou de partir vers Emmaüs afin de désengorger la maison. C’est ainsi que j’ai débuté mon changement, et celui de ma famille.

VOUS AVEZ ENVIE DE CHANGER DE VIE ? COMMENT FAIRE ?

  • Prenez quelques minutes pour vous et réfléchissez à ce que vous voulez vraiment ?
  • Qu’est-ce qui vous rend heureux ?
  • De quoi avez-vous vraiment besoin ?
  • Lorsque vous avez trouvé, pensez à ce que vous pouvez faire pour le réaliser et si au niveau budget cela vous conviendra pour vivre selon vos propres besoins.

 

« Êtes-vous prêt à réévaluer vos priorités ? »

« Prenez le temps, tout changement demande du temps ! »

Vous avez tenté l’expérience Slow Life ?

Vous vivez tous les jours avec ce principe ?

Partagez avec nous votre témoignage.

Pour ne manquer aucun article, abonnez-vous à la Newsletter 🌸

Vous pouvez également me suivre sur les réseaux @nbjockers

Et si vous avez aimé l’article, n’hésitez pas à le partager sur vos réseaux, merci 🌱

↓↓